Home
Events
What we ask for
Who are we ?
Concertation
Facts & Opinions

What we ask for

 

On this page

Sur cette page

Appel du Collectif des contractuels

Les AC: une démarche exemplaire couronnée de succès

Position du Front commun - Juin 2013

Programme lors du lancement du Collectif

 

A la suite de l'appel ...

Bilan de la réunion de dialogue social du 12 novembre relative au dossier AC: un pas de plus dans la bonne direction

Une première réunion de dialogue social s'est tenue entre syndicats et l'administration le 12 novembre 2014. Le bilan que l'on peut en tirer est globalement positif.

Nos préoccupations sont comprises par l'institution.

Celle-ci se déclare prête à formaliser sa vision sur la gestion du personnel contractuel et à proposer des améliorations au niveau du recrutement, de la gestion des carrières, des mobilités, des passages des groupes de fonction, des concours externes spécialisés, des concours internes etc.

Plusieurs de nos propositions font l'objet d'un consensus au sein de l'encadrement des services.

La plupart des organisations syndicales partagent nos analyses. Cela est positif. L'unité la plus large du personnel dans toutes ses composantes et l'unité entre les organisations syndicales est en effet garante de l'obtention des meilleurs résultats au terme des négociations en cours.

Plusieurs organisations syndicales soutiennent officiellement notre appel. Celui-ci recueille maintenant plus de 5.000 signatures: l’unité syndicale s’élargit sur des revendications unitaires justes. Nous nous en réjouissons.

Nous appelons tous les autres syndicats à s’approprier l’appel du Collectif en appelant à le signer sans tarder, car les négociations ont déjà commencé.

Pour l'unité autour de nos revendications: les contractuels appellent à l'unité des syndicats sur leurs revendications

La réunion du Collectif le 6 novembre, jour de grève générale des transports en Belgique, a été un succès.

Dans une salle comble et attentive, les collègues ont écouté les explications des responsables du Collectif et ont réaffirmé leur soutien à nos revendications.

La présence du président du Comité Central du Personnel de la Commission témoigne de l'impact de notre démarche et du soutien important qu'elle reçoit au sein des services, agences et institutions de l'Union Européenne et Hors union. Le personnel, fonctionnaire et contractuel, comprend parfaitement que la démarche du Collectif concerne tous les contractuels et tous les fonctionnaires.

L'appel du Collectif a recueilli maintenant quelques 600 signatures additionnelles atteignant ainsi un total de près de 4600 signatures.

Le 12 novembre se tiendra une réunion de dialogue social avec la Commission sur l'ensemble des thèmes contenus dans notre appel. Cette réunion sera préparée par une intersyndicale qui se réunira le 11 novembre.

Les contractuels réunis le 6 novembre appellent à l'unité syndicale sur les revendications contenus dans notre appel.

Le Collectif vous tiendra informés des résultats de ce premier dialogue social.

En attendant, continuons de signer et de faire signer l'appel ci-dessous. Notre objectif: recueillir 6.000 signatures le 12 novembre, rendant notre plateforme plus puissante et plus représentative.

A bientôt et restons mobilisés et unis, que l'on travaille aux sein des institutions au siège, ou encore dans une agence, en délégation, office, bureaux de représentation etc.

L'unité de tout le personnel est en effet la condition de la réussite de ses revendications.

Appel du Collectif des contractuels

Chers collègues,

Nous assistons à la naissance d’un mouvement interinstitutionnel contre la précarité. Près de 4000 personnes ont répondu à l’appel du Collectif des contractuels (voir plus bas). Les signatures proviennent de 104 services, agences, offices, institutions.

Pour que le nouveau Parlement européen et le nouvel exécutif européen puissent redonner un sens à la construction européenne, répondre aux attentes de la société en matière de croissance et d’emploi, il est nécessaire qu'ils s'appuient sur le personnel des institutions, mobilisé et motivé.

Or la précarité est la première inégalité. Elle divise le personnel, rend plus difficile et coûteux le fonctionnement des services. Elle doit donc être combattue par l’ensemble du personnel, permanent et précaire.

Les revendications de l’appel du collectif des contractuels portent sur la mise en oeuvre concrète et rapide de ce que le personnel a pu obtenir de l'employeur, en particulier lors des négociations du nouveau statut.

Tous unis, solidaires, appuyons ces revendications. Au début du mandat de la nouvelle Commission, nous voulons une fonction publique forte et unie, pour mieux servir la construction européenne.
 

Résultats provisoire de l'appel du Collectif (19/11/2014) :

ACER : 5; AGRI : 99; AUTRES : 25; Bepa : 2; BUDG : 43; CAB : 22; CDP/OSP : 20; CDT : 16; CEDEFOP : 8; CEPOL : 1; CERT : 1; CHAFEA : 12; CLEAN SKY : 3; CLIMA : 14; CNECT : 210; COMM(BXL) : 22; COMM ATHENES : 3; COMM BERLIN : 4; COMM DUBLIN : 6; COMM EU : 22; COMM LISBONNE : 5; COMM LONDRES : 5; COMM MADRID : 11; COMM MILAN : 5; COMM MUNICH : 2; COMM PARIS : 4; COMM VALETTE : 3; COMP : 39; CONSEIL : 27; COR : 35; CURIA : 151; DEVCO : 201; DGT : 247; DIGIT : 31; EAC : 79; EACEA : 59; EASA : 39; EASME : 49; EASO : 5; ECA : 59; ECFIN : 39; ECHA : 29; ECHO : 41; ECSEL : 3; EDA : 5; EDPS : 7; EEA : 14; EEASBXL : 161; EEASHU : 350; EESC : 43; EFCA : 4; EFSA : 7; EIGE : 3; ELARG : 55; EMA : 11; EMCDA : 3; EMPL : 67; EMSA : 11; ENER : 43; ENISA : 6; ENTR : 69; ENV : 57; EPSO : 29; ERA : 7; ERCEA : 62; ESTAT : 71; ETF : 6; EULISA : 3; EUROFOUND : 16; F4E : 27; FCH : 5; FPI : 25; GSA : 8; HOME : 29; HR : 65; IAS : 5; IMI : 9; INEA : 36; JRC BXL : 77; JRC GEEL : 25; JRC ISPRA : 103; JRC KARSRUHE : 17; JRC Petten : 19; JRC SEVILLE : 45; JUST : 17; MARE : 27; MARKT : 24; MOVE : 52; OAMI : 37; OIB : 171; OIL : 57; OLAF : 33; OMBUDSMAN : 1; OP : 37; PE : 451; PMO : 125; REA : 121; REGIO : 49;; RTD : 255;; SANCO : 69;; SCIC : 71;; SG : 29;; SJ : 25;; TAXUD : 26;; TFGR : 3;; TRADE : 39;
Total : 5010.

AC : nos revendications, nos résultats doivent être désormais appliqués dans toutes les institutions et services !
AC : dans l’unité transformons l’essai !

La mobilisation du personnel à l'appel du Collectif des contractuels a permis d'obtenir des résultats (cf. Annexe), l'un des rares points positifs de la dernière réforme du statut. Il importe désormais de les appliquer. Cependant, des mesures d'urgences sont nécessaires avant le dialogue de fond.

Adopter des mesures d'urgence

Dans l’immédiat, en attendant les conclusions du dialogue social et la définition et leur mise de œuvre, il est vital :

bullet

de garantir le maintien dans l’emploi de tous les AC en place (y compris lors des opérations de mobilité vers les agences, le cas échéant, en organisant des CAST complets et/ou des tests de compétences additionnels), conformément aux engagements pris par le vice-président en charge du personnel;

bullet

d’annoncer la tenue des concours internes de titularisation prévus par le statut, dès janvier 2015;

bullet

de prévoir des concours externes spécialisés, par exemple en AD7 et AST 5, pour les AC avec plus d'expérience, comme par exemple en délégations, PE, agences etc.;

bullet

d'accroître les quotas de reclassement lors des promotions;

bullet

de prévoir des épreuves de passage de catégorie en 2015 pour réduire progressivement le sous-classement du personnel contractuel ;

bullet

d'accroître la période maximale d'embauche du personnel non fonctionnaire (8 au lieu des 7 ans actuels) pour permettre à tous les AC de l'accès à un concours internes.

Dialoguer sur le fond avec les Administrations

Il est temps de définir une politique sérieuse de gestion du personnel contractuel, lors d’un dialogue social. Le dialogue social doit porter sur la définition de cette politique avant de passer à la discussion des éléments plus concrets: recrutement, mobilité, intégration etc.

bullet

Définir une nouvelle politique de gestion des ressources humaines qui devrait permettre une gestion moins précaire du personnel contractuel. Les collègues doivent accéder à des carrières à durée déterminée et/ou indéterminée, suite au passage d’un concours unique de recrutement;

bullet

Le classement à l'entrée du service doit davantage tenir compte des expériences professionnelles et être harmonisé à travers l'ensemble des services et institutions;

bullet

Les possibilités de promotion et de mobilité doivent devenir des faits afin d’accroître la motivation du personnel et sa compétence. Cette mobilité doit être interinstitutionnelle, entre offices et agences, vers les services centraux des institutions. Pour rendre aisée la mobilité, il importe de tenir compte de l'ancienneté acquise dans les différents services;

bullet

Le passage de catégorie doit être organisé pour lutter contre le déclassement professionnel.

bullet

Enfin, l’organisation d’un « marché de l’emploi » interinstitutionnel, passant par la publication des postes, doit garantir la transparence et la fluidité des recrutements.

A moyen terme, la création d'une grille unique doit faciliter la mobilité.

Le Collectif des contractuels appelle tous les syndicats à soutenir les mesures d'urgences ci-dessus et à demander aux institutions l'ouverture d'un dialogue de fond sur ces revendications.

Si vous êtes d'accord avec ce qui précède, merci de signer cet appel. Le Collectif organise une réunion de bilan sur sa démarche le jeudi 6 novembre, 12h45, grande salle de réunion, rue de la loi 80.

Annexe

Les institutions communautaires ont utilisé du personnel précaire - agents auxiliaires, intérimaires, locaux, temporaires, de différents sortes, personnel externe, agents contractuels. – pour faire face à l’accroissement de leurs tâches, les États membres ne donnant jamais les moyens humains permanents nécessaires aux nouvelles politiques qu'eux-mêmes demandaient.

Cela posa des nombreux problèmes à l’institution : turn-over qui l’affaiblit, coûts de gestion croissants, perte de savoirs faire, accroissement des disparités, tensions accrues dans les équipes de travail, etc.

Les luttes du personnel uni tous statuts confondus se sont traduites par une amélioration progressive de la situation du personnel précaire. Il y a eu par exemple plusieurs intégrations dans la fonction publique permanente. Par ailleurs la durée des contrats s'est allongée. Par contre, depuis 2004, la massification du personnel précaire a créé d'autres problèmes en termes de disparités et d'affaiblissement de la fonction publique.

La dernière mobilisation de 2009 du Collectif des contractuels a obtenu des résultats importants: contrats à durée déterminée pouvant aller jusqu’à 6 ans, possibilité de concours internes d’intégration à la fonction publique, demande de mise en œuvre d’une véritable politique en matière de personne contractuel.

Les deux premières revendications ont donné lieu à la modification du statut en 2014, la troisième a obtenu un accord tacite des principaux responsables des ressources humaines, avec une mise en œuvre partielle dans certains services. Le plus important se trouve dans la compréhension nouvelle des responsables syndicaux et des ressources humaines du lien intime qu’il y a entre revendications sociales et intérêt de l’institution.

Le Collectif des contractuels

Le Collectif regroupe depuis 5 ans des fonctionnaires et des contractuels, syndiqués ou non, qui agissent pour une nouvelle politique de gestion du personnel contractuel qui tienne compte des besoins des personnels et de l'institution.

Appeal from the Contract Agents’ Collective

CAs: our demands, our results must now be applied across all institutions and services!
CAs: unite to “convert the try”!

Staff rallying in response to the Contract Agents’ Collective appeal yielded results (see Annex), one of the rare positive aspects of the most recent reform of the Staff Regulations. However, emergency measures are needed before the substantive dialogue.

Adopt emergency measures

It is vitally urgent, pending the conclusions of the social dialogue and the definition and implementation of the policy outcomes:

bullet

to safeguard the employment of all CAs currently in service (including during mobility operations involving agencies, if applicable, by organising full CAST and/or other additional skills tests), in accordance with the undertakings given by the Vice-President with responsibility for staff;

bullet

to announce the holding of internal competitions for permanent positions as provided for in the Staff Regulations, from January 2015;

bullet

to plan specialist external competitions, for example in AD7 and AST 5, for more experienced CAs, such as for example in delegations, EP, agencies, etc.;

bullet

to increase reclassification quotas at the time of promotions;

bullet

to introduce change-of-category tests in 2015 to gradually reduce the under-classification of contract staff;

bullet

to extend the maximum recruitment period of non-official staff (8 instead of the current 7 years) to enable all CAs to have access to internal competitions.

A substantive dialogue with the Administrations

It is time to define a serious staff management policy for contract agents, as part of a social dialogue. The social dialogue must first of all define this policy before discussing more practical aspects: recruitment, mobility, integration, etc.

bullet

Developing a new human resources management policy to ensure that contract agents are managed in a less precarious manner. These colleagues must have access to fixed-term contracts and/or careers of an indeterminate duration, after having sat a single recruitment examination;

bullet

Their classification when they enter service must take greater account of professional experience and be standardised across all services and institutions;

bullet

Genuine promotion and mobility opportunities must be provided in order to enhance staff motivation and skills. This mobility must be inter-institutional, between offices and agencies, towards the central services of the institutions. To facilitate mobility, it is important to take account of length of service in the various services;

bullet

Changes of category must be managed so as to combat professional downgrading;

bullet

Lastly, an inter-institutional “employment market” must be organised, involving the advertisement of positions, in order to ensure a transparent and smooth recruitment process.

Over the medium-term, a single scale must be created in order to facilitate mobility.

The Contract Agents’ Collective calls on all unions to support the abovementioned emergency measures and urges the institutions to open a substantive dialogue on these demands.

If you agree with the foregoing, please sign this appeal. The Collective is holding a review meeting on Thursday 6 November, 12:45, in the large meeting room, 80 rue de la loi.

Annex

The Community institutions have used non-permanent staff – various kinds of auxiliary staff, interim staff, local staff and temporary staff, external staff, contract staff – to manage an increased workload, as the Member States constantly fail to provide the necessary permanent human resources for the new policies which they are themselves demanding.

This creates innumerable problems for the institutions: turnover which weakens them, increased management costs, loss of expertise, growing disparities, increased tension between staff, etc.

The united efforts of all staff categories have resulted in a gradual improvement in the situation of non-permanent staff. For example, there have been several permanent staff integration exercises. Moreover, contract terms have been lengthened. On the other hand, since 2004, the “mass” use of non-permanent staff has created other problems in terms of disparities and has also weakened the European civil service.

The last rally organised by the Collective in 2009 achieved significant results: the extension of fixed-term contacts up to 6 years, the possibility of internal competitions for permanent positions, call for the implementation of a genuine contract staff management policy.

The first two demands resulted in the change of the Staff regulations in 2014, while the third received the tacit agreement of the main human resources managers, with partial implementation in some services. The most important achievement is the new understanding among union leaders and HR managers of the close link between social demands and the interests of the institutions.

The Contract Agents’ Collective

Since it was established five years ago, the Collective has brought together officials and contract staff, irrespective of whether they are union members, with the aim of introducing a new contract staff management policy which takes account of the needs of both staff and the institutions.

08/10/2014

Les AC: une démarche exemplaire couronnée de succès

La démarche initiée il y a 3 ans par le "Collectif des contractuels", regroupant fonctionnaires et contractuels, a permis dans un premier temps, d'inscrire à l'agenda social des institutions la question de la précarité.

Pour la première fois, celle-ci était clairement désignée à la fois comme une régression sociale pour le personnel, un inconvénient majeur pour le fonctionnement des services (du fait notamment des effets négatifs du "turn over"), un facteur allant à l'encontre de la cohésion des équipes de travail, et un danger pour les institutions.

L'action revendicative entreprise par le Collectif des AC a permis d'obtenir, d’une part, l'unité syndicale sur les revendications les plus urgentes des contractuels, ce qui n'était pas évident, et par la suite, lors de la réforme du statut du personnel des institutions, et d’autre part 5 grandes avancées:

- une durée des contrats de 6 ans et la tenue de concours internes de titularisation (cf. nouveau statut)
- des mesures transitoires permettant le maintien sur place, ou la reprise après la fin des contrats, du personnel contractuel en place lors du dépôt, en juin 2011, de la proposition de réforme du statut par la Commission (cf. lettre d la DG HR et du VP)
- l'acceptation par l'institution de la possibilité d'organiser, au sein des agences d'exécution, des mobilités horizontales (entre agences, voire offices) et verticales (entre agences et services centraux de la Commission)
- l'inscription à l'agenda du dialogue social de la question des carrières et des conditions de travail etc.
- l'acceptation du principe d'une gestion moins précaire de la précarité, ce qui passe par l'organisation d'une gestion interinstitutionnelle des contractuels.

Transformer l'essai…

Sur cette base il est nécessaire dans l'immédiat de transformer l'essai.

Il s'agit tout d'abord, de réembaucher comme promis les AC se trouvant hors de l'institution au bout de leurs trois ans de contrat. Les services de la Commission doivent leur écrire pour les avertir de l'actuel appel de candidatures et dans ce cadre leur donner la priorité.

Il s'agit ensuite de permettre à tous les AC d'accéder à des concours internes de titularisation. Ces concours doivent être organisées par exemple tous les 3 ans.

Le nombre de postes mis en lice doit être significatif, ce qui est l'intérêt du personnel, des services (qui gardent en leur sein les meilleures compétences), de l'institution (par les économies réalisées).

Il sera aussi nécessaire de revoir la règle de 6 ans relative au cumul des mandats, qui entrave la mise en œuvre des avancées récentes en matière de politique de gestion du personnel contractuel. Par ailleurs, les près de 1000 AC du groupe de fonction 1 ne doivent pas rester des laissés pour compte. Des solutions originales – comme la réservation d’un pourcentage des postes aux concours externes – pourraient être recherchées.

Les sélection à l'entrée dans les services doit être unique pour tous les contractuels et répondre aux règles de la fonction publique de transparence, d'égalité de traitement, de recherche d'un personnel très qualifié.

Il s'agira d'établir enfin un dialogue social permettant d'aboutir à une Communication de la Commission sur sa politique en matière d'agents contractuels. Cette politique doit inclure les modalités d'une gestion moderne du personnel contractuel sur une base interinstitutionnelle, ainsi qu'un déroulement des carrières attractif, incluant la question de la mobilité.

...dans l'unité

L’action entreprise il y 3 ans par le Collectif des contractuels a réussi parce que les revendications étaient claires et simples, adaptées à la période pré reforme, comprise par l’institution.

Elle a réussi aussi parce que le Collectif, regroupant fonctionnaires et contractuels, a réussi a favorisé l’unité d’action syndicale et l’unité du personnel.

Nous devons aujourd’hui recommencer la même démarche pour compléter les objectifs ci-dessus et les faire aboutir.

FRONT COMMUN

Position pour les
AGENTS CONTRACTUELS

La participation massive du personnel travaillant à la Commission, dans les délégations, dans les offices et dans les agences exécutives, à la grève interinstitutionnelle du 5 juin et à la manifestation spontanée du même jour montre une insatisfaction générale par rapport à des conditions précaires non corrigées et le refus d’une réforme qui ne pourra qu’aggraver leur situation. Cette grève a démontré, en outre, que les revendications du personnel ont un réel besoin d’être prises en compte.

Dans le cadre des discussions actuelles relatives aux changements statutaires, le Front commun soutient les revendications des agents contractuels.

 Les agents contractuels attendent des différents acteurs de cette réforme qu’ils portent une attention toute particulière aux éléments suivants:

• L’accès aux concours internes à tous les agents contractuels recrutés sur les mêmes bases, réservés aujourd’hui aux seuls agents temporaires et fonctionnaires;
• La revalorisation financière pour les agents contractuels aux revenus les plus faibles;
• Prolongation de la durée des contrats de 3 à 6 ans pour les agents contractuels à durée déterminée;
• Un taux de promotion proportionnellement équivalent à celui des fonctionnaires;
• L'organisation d'une mobilité pour les AC entre la Commission et les différentes institutions, agences, offices et délégations afin de pérenniser l'emploi;
• La réouverture des négociations sur les DGE pour les agents contractuels et la participation d’une représentation d’AC à ces négociations;
• La publication de tous les postes ouverts par toutes les institutions, agences, offices et délégations;
• Supprimer les discriminations quant à la reconnaissance de l’expérience professionnelle entre les catégories 3bis et 3ter, et les pertes de salaire considérables pour les collègues CA passant d’un contrat à l’autre;
• Des mesures transitoires visant le maintien, au terme de leurs contrats, de l'emploi des AC pour leur permettre aussi d'être embauchés avec une procédure simplifiée  dès l'adoption du nouveau statut;
• L’amélioration de la couverture et des conditions sociales (CCP; invalidité, etc.) ;
• La revalorisation des carrières (via des procédures identiques à celles des fonctionnaires) et que celles-ci soient basées sur l’expérience et/ou les diplômes;

Dans les agences exécutives :

• la représentation tant au niveau statutaire que syndicale;
• l’ouverture de concertations en vue de l’élaboration d’un accord cadre approprié ;
• l’accès aux concours internes de la Commission à tous les agents contractuels des agences exécutives, celles-ci étant des émanations de la Commission car elles sont sous la tutelle immédiate des DGs mères (possibilité d’organiser des concours internes communs);
• Réintégration prioritaire des agents contractuels qui auraient perdu leur emploi suite à la fermeture de leur agence exécutive.

Dans les délégations :

• Reconnaissance des ACs dans leur fonction et amélioration des perspectives de carrière.

Le Front Commun demande aux différentes AIPN d’assurer la mise en œuvre de mesures garantissant aux agents contractuels :
• le respect de la législation européenne et internationale en matière de droit sur les conditions de travail;
• l’égalité de traitement entre les services et les agences.

COMMON FRONT

Our position concerning
Contractual Agents

The massive participation of staff working in the Commission, in delegations, in the offices and in the executive agencies, in the inter-institutional strike which took place on 5 June and the spontaneous demonstration on the same day shows a general dissatisfaction with the precarious conditions remained unchanged and the refusal of the reform which will purely aggravate their situation. This strike showed, moreover, that the claims of the staff have a real need to be taken into account.

In the context of current discussions on the statutory changes, the Common Front supports the claims of the contractual agents.

The contractual agents expect from the people making this reform to pay particular attention to the following:

• Access to internal competitions for all contractual agents recruited on the same basis, now only reserved to temporary agents and European civil servant ;
• The revaluation for contract staff with the lowest incomes;
• Extension of contracts from 3 to 6 years for fixed term contract staff;
• Promotion rate which in proportion is equivalent to the one of the officials;
• The organisation of a mobility for all CA between the Commission and the different institutions, agencies, offices and delegations in order to perpetuate the jobs;
• The reopening of negotiations on the DGE for contractual agents and the participation of a delegation of CAs in these negotiations;
• The publication of all open positions for all institutions, agencies, offices and delegations ;
• Eliminate discrimination on the recognition of professional experience between categories 3a and 3b, and the considerable loss of salary for CA colleagues from one contract to another;
• Transitional measures to maintain the jobs of CA (at the end of their contracts) in order to permit them to be hired with a simplified procedure as soon as the new staff regulation will be adopted;
• Improved guarantee and social conditions (CCP, invalidity, etc);
• The revaluation of careers (identical to those of European civil servants) and that these are based on experience and /or qualifications;

In the Executive Agencies

• Staff representation, statutory and at the level of trade-unions;
• opening of consultations with a view to the development of an appropriate Framework Agreement;
• Access to Commission internal competitions, for all contractual agents of the executive agencies. They are a subsidiary of the Commission as they are under the direct supervision of the parent DGs (possibility of organising joint competitions);
• Priority reintegration of contractual agents who lost their jobs due to the closure of their executive agency.

In the Delegations :

• Recognition of Cas in their functions and improvement of their career prospects.

The Common Front asks the different appointing authorities to implement measures to ensure that contractual agents enjoy:
• Compliance with European and international legislation on the right to proper working conditions
• Equal treatment between the services and the agencies

18 June 2013

La situation des contractuels de la Commission, Délégations, Agences, Offices...
une affaire qui nous concerne tous !

Les contractuels représentent déjà 44% du personnel de la Commission et bien plus dans certains Offices et Agences. Si les tendances en cours se poursuivent, ce sera plus de la moitié des salariés européens qui ne bénéficieront pas du statut de fonctionnaire.

Cette politique, faite sous le faux prétexte d’économies budgétaires, est néfaste pour toutes les institutions européennes:

bullet

Elle remet en cause l’indépendance et la permanence de la fonction publique européenne

bullet

Elle multiplie les catégories de personnels, ce qui fragmente de notre « communauté de travail » et aboutit à la division du personnel peu propice à une défense cohérente et d'ensemble de ses intérêts; Comment adhérer à un réel projet d’unité Européenne si nous sommes tous structurellement désunis ?

bullet

Cette politique vise à utiliser une main d’œuvre moins coûteuse et plus flexible, mais elle engendre en réalité des surcoûts cachés liés par exemple au "turn over" des contractuels à durée déterminée.

bullet

Elle est globalement source d’inefficacité et contribue à la perte de la "mémoire institutionnelle".

Cette politique est injuste pour nos collègues contractuels:

Cette politique est négative pour l’Institution, mais elle est aussi injuste pour nos collègues contractuels. Elle est d'ailleurs en contradiction avec les recommandations faites par la Commission en matière sociale:

bullet

Au bout d'une période maximale de 3 ans, la plupart des Agents Contractuels sont considérés comme des « employés jetables », qu’ils aient été méritants ou non! Ceci est injuste car ils seront remplacés sur le même poste par d’autres contractuels! C’est injuste car une Institution comme la Commission ne peut pas décemment faire réaliser des tâches permanentes par le biais d'une succession de contrats à durée déterminée. C’est injuste car ces collègues contractuels ont droit, comme tout salarié, à bénéficier d’une perspective d’intégration quand leurs compétences ont été reconnues. C’est injuste car ces contractuels réalisent le plus souvent des tâches qui sont celles de fonctionnaires sans qu’ils soient pour autant placés sur la même grille salariale.

bullet

Certains Contractuels, au siège ou en Délégation, ou dans les Agences et Offices, ont la possibilité d’accéder à des Contrats à Durée indéterminé. Pour eux, c’est un mieux par rapport aux autres contractuels, mais cela ne règle pas l’iniquité de traitement quand ils réalisent des tâches identiques à celles des fonctionnaires, puisqu'ils sont payés sur des échelles de rémunération inférieures à celles des fonctionnaires et agents temporaires. C'est injuste car pour eux aussi il n'existe aucune possibilité d'intégration dans la fonction publique européenne.

En réalité cette politique contribue à créer une fonction publique européenne à deux vitesses:

- une fonction publique au rabais qui est à la fois une des causes et un des effets de l’affaiblissement de l’ensemble de l’Institution Européenne.

- une fonction publique fragmentée, où ceux qui pourraient se croire protégés par leur statut de fonctionnaire, sont en réalité déjà vulnérables et seront demain attaqués sur leurs salaires, leurs retraites...

Cette situation nous interpelle tous, Contractuels et Fonctionnaires !

Accepter aujourd’hui un système injuste pour nos collègues contractuels c’est accepter que demain nous soyons tous affaiblis !

C’est pour cette raison que le Collectif de soutien aux Contractuels qui regroupe des AC, des Fonctionnaires et Agents Temporaires demande que :

bullet

Les AC à contrat à durée déterminée puissent bénéficier de contrats dont la durée puisse être reconduite afin d'être plus conforme aux tâches effectuées,

bullet

Que tous les contractuels travaillant sur des tâches à durée indéterminée puissent être placés, suite à une sélection rigoureuse, sur la même grille salariale que celle des fonctionnaires, grâce à l’accès à des postes d’Agent Temporaire

bullet

Que les AC puissent, de ce fait, bénéficier d’une perspective de titularisation, grâce à l’organisation de concours internes rigoureux et professionnels sur la base des mêmes règles existantes pour les agents temporaires.

C’est le sens de la pétition, déjà signée par 5000 contractuels et fonctionnaires que nous vous invitons à rejoindre!

The current situation for Contract Agents based in the Commission, Delegations, Representations
an issue which affects all of us!

Contract Agents already make up 44% of Commission staff and an even greater % in many Agencies and Representations. If current trends continue, they will represent more than half of all payroll staff but they do not enjoy the status of officials.

This policy, devised purely as a savings exercise, is harmful to all European Institutions for the following reasons:

bullet

It calls into question the independence and the stability of the European Public Service

bullet

It multiplies the various categories of staff which only serves to further fragment our « working community » and leads to unfruitful divisions among staff. How therefore can we subscribe to a real project for European Unity if we are structurally divided ?

bullet

This policy aims to exploit cheaper and more flexible manpower, but in reality it generates hidden additional costs linked for example to the high "turn over" of Contract Agents on definite contracts.

bullet

It is the cause of great ineffectiveness, lack of personal motivation and contributes towards a considerable loss in "institutional memory"

This policy is unfair for our Contract Agent colleagues:

This policy is negative for the Institution and is also unfair for our Contract Agent colleagues. Furthermore it is in full contradiction with the Commission's own recommendations on social matters.

bullet

At the end of their 3-year maximum contract, most Contract Agents are considered to be « disposable » whether they are particularly merit-worthy or not. This is indeed unfair as they will be replaced by other Contract Agents on the same post. It is unfair because an Insitution such as the Commission cannot carry out permanent tasks in the proper manner, using a series of temporary contracts. It is unfair because Contract Agent colleagues have the right, like any other salaried staff member, to have the perspective of integration into the Institution once their skills have been tried and tested. It is unfair because Contract Agents most of the time, undertake the same tasks as officials without the same salary grid.

bullet

Certain Contract Agents, whether in Headquarters or in Delegations, or in Agencies , and Representations or "Offices" , have the possibility to obtain indefinite duration contracts. This is an advantage for them vis a vis other Contract Agents but that does not right the unequal treatment given that they carry out tasks which are identical to those of officials, yet they are remunerated differently with lower wages than Officials and Temporary Agents. It is unfair because they have not possibility of being integrated into the European Public Civil Service. Such is the case for colleagues in Delegation who despite a long and successful career for the Commission in a third country, still have no possibility of "titularisation" despite regularly carrying out official-level tasks and representing the Institution.

The current policy serves to create a two-speed European Civil Service :

- a second-tier civil service which is both the cause and the effect of a globally, weakened European Institution.

- a disjointed civil service where those who considered themselves protected by their status of Official, are in reality already vulnerable and will see tomorrow their salaries, retirement packages, etc ... affected

This situation is a wake-up call for all of us, both Officials and Contract Agents.

Giving in today to an unfair system for our Contract Agent colleagues, means accepting tomorrow that the status of officials will be weakened !

It is just for this reason that the " Collective which supports Contract Agents " involves Contract Agents, Officials and Temporary Agents and demands:

bullet

that Contract Agents on maximum definite duration contracts have the possibility of a renewal in order to best carry out the tasks assigned to them

bullet

that all Contract Agents working on permanent tasks, can be placed on the same salary grid as officials, following a rigorous selection procedure, thanks to access to Temporary Agent posts

bullet

That all Contract Agents may consequently benefit from the possibility of integration ("titularisation") through the organisation of rigorous internal competitions, based on the same rules as those for Temporary Agents.

This is the purpose of the petition which has already been signed by 5000 Contract Agents and Official. We invite you to join us in this petition.


Contact us       Webmaster           Page modified on 21 December 2015